J3 voyage Japon – Fushimi Inari et Koke-dera

J3 voyage Japon – Fushimi Inari et Koke-dera

Aujourd’hui est une journée marquée sous le signe de l’amitié : je passe la journée avec Kaori, ma correspondante Kyotoïte. Nous avons visité deux beaux temples: le Fushimi Inari et Koke-dera. J’ai eu le chance de passer une journée entière avec une japonaise, ce qui permet de vivre différemment ses visites et d’en apprendre beaucoup plus sur les japonais et leurs coutumes. Alors c’est parti, suivez la guide !

Première escale : Fushimi Inari Taisha

Fushimi Inari et Koke-dera

Nous avions convenu de nous retrouver devant ce sanctuaire très connu du sud-est de Kyoto. Il est le plus important sanctuaire shinto de la branche Inari qui compte près de 40000 sites. Dans la religion shinto, Inari est le kami (ou divinité ) des céréales et du riz. Son messager traditionnel est le renard, protecteur des récoltes. D’où sa présence très importante sous forme de statues dans le sanctuaire. Fushimi Inari Taisha se distingue par ses allées de Tori, grandes portes rouge vermillon, qui couvrent le parcours entier, à flanc de montagne, sur près de 4 km. Dans la religion shinto, le Tori représente une porte entre notre monde et l’au-delà, entre le monde profane et le sacré. Les inscriptions ne sont gravées que d’un côté afin de ne s’adresser qu’aux divinité et pas aux simples mortels. L’ambiance de ce temple est assez mystique et très impressionnante. La balade est magnifique, et plus on grimpe vers les hauteurs de la colline, et moins le touriste est présent. Une visite parfaite pour commencer la journée…

 inari renards

inari tori

Deuxième escale : Koke-dera ou Saiho-ji

Pour l’après midi, nous avions prévu une sacrée visite : Le fameux Temple des mousses, ou Koke-dera (« Koke » en japonais signifie « mousse » ).

C’est un temple protégé. Pour le visiter, il faut réserver des semaines à l’avance et le nombre d’entrées journalières est limité. Nous avions donc obtenu nos tickets d’entrée avant mon départ pour le Japon, et nous sommes présentées à l’heure donnée par les moines…

A l’arrivée dans le temple, nous avons été conviées à une cérémonie religieuse. Les moines ont récité des chants sacrés, puis nous avons dû recopier ces même chants : 62 Kanjis en tout… Cela nous a pris une bonne heure et demie pour finir… Nous étions tous assis par terre sur les tatamis, le pinceau de calligraphie traditionnel à la main. La position est difficile à tenir pour les occidentaux. La pluie commence alors à tomber, ce qui ajoute à la valeur solennelle de l’instant un petit côté mystique…

photo de la calligraphie à venir

Une fois notre besogne accomplie, la visite du jardin du temple a pu commencer. Sous cette pluie devenue diluvienne, la mousse omniprésente est gorgée d’eau et les sentiers par moment inondés. Les autres visiteurs présents préfèrent se cacher de la pluie et attendre une potentielle accalmie, c’est donc seules que nous effectuons la visite… Magique ce jardin rien qu’à nous !

kokedera arbres

kokedera jardin

kokedera jardin- lac

kokedera lac

kokedera mousse

 Bilan de la journée

Ce que j’ai vécu ;

  • J’ai déjeuné au restaurant Kaiseki avec Kaori, c’est le restaurant traditionnel typique japonais, dont le repas est composé d’une multitude de petits plats. Malheureusement je n’ai pas pû prendre de photo dans le restaurant, mais je vous en reparlerai plus tard.
  • Aller dans un salon de thé « fashion » japonais, où on nous apporte la théière et le thé séparément, avec un mode d’emploi style « démarche à suivre pour faire infuser » unique pour chaque thé…salon thé

Ce que j’ai appris ;

  • Au restaurant au Japon, on vous sert toujours un verre de thé froid, l’équivalent de notre verre d’eau. Si vous ne voulez pas être resservi, ne finissez pas votre verre! Le serveur vous le rempli automatiquement dès qu’il est vide, signe que vous en voulez de nouveau !!

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge